/« L’impact Macron » sur l’immobilier de luxe

« L’impact Macron » sur l’immobilier de luxe

Les prix se voient gonfler depuis le retour sur le marché parisien d’acheteurs français vivant à Londres ou Bruxelles, ainsi qu’à l’étranger.

Comparer les devis sur marquay.fr

En 2017, les prix de l’immobilier de luxe ont grimpé de 10%, et ont connu un boom du nombre de transactions qui s’élève à 25%. Le tout selon une étude menée ainsi que publiée par le réseau Barnes. Ce dernier a noté un retour en force des investisseurs étranger depuis l’élection d’Emmanuel Macron et, ceci est plus spécifique dans la capitale, mais s’étend tout de même à toute la France. Même si l’impôt sur la fortune immobilière remplace l’impôt de solidarité sur la fortune depuis le 1er janvier 2018. Ce qui ne semble pas les faire franchement douter.

 

Le cabinet Barnes avance qu’une augmentation du nombre des transactions de 15,7%, plus un bon de 22,5% des ventes de biens immobilier avec une valeur estimée entre 1 et 4 millions d’euros. Le président de Barnes, Thibault de Saint-Vincent, précise :

“Paris profite des incertitudes liées au Brexit et au projet d’indépendance de la Catalogne, qui a fait chuter les prix de 20% à Barcelonne au second semestre 2017. Dans certains quartiers parisiens, les étrangers représentent un tiers des acheteurs”

Il reste logique que les arrondissements de l’Ouest parisien et son cœur sont les plus demandés, mais sont tout de même concurrencée par l’apparition de nouveaux quartiers huppés, comme Les Abbesses et les Batignole, ou encore Bastille (12e). Malgré la différence de coût entre l’euro et le dollar, un léger retour des acheteurs américains commence à se faire percevoir.

 

Un effet Macron complètement perceptible

 

La plupart des spécialistes immobiliers n’hésitent pas à parler d’un “effet macron”. Que ce soit Coldwell Banker ou encore Daniel Féau, tous sont unanimes.

“C’est du jamais-vu. Toute se passe comme si un vent de confiance totalement inédit avait balayé l’attentisme, voir le pessimisme, qui sévissait ces dernières années, qu’il s’agisse de la clientèle française ou internationale. Le niveau des taux d’intérêt est certes très attractif, mais l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron a indéniablement créé une dynamique inconnue”, le président du groupe Féau, Charles-Marie Jottras.

 

Quant à Laurent Demeure, le président de Coldwell Banker, il annonce un cycle haussier “jusqu’en 2020”. Sa principale inquiétude reste “la raréfaction des biens à vendre. En un an, notre stock est passé de 400 à 320 appartement à Paris”.

Pareil du côté de Daniel Féau, son stock de bien à vendre, estimé à 3 milliards d’euros, a diminuer de moitié depuis 2012.

Ce sont les grands appartements familiaux qui sont le plus demandé a Paris (120 à 160 m2).

Une hausse des prix est quand même à prévoir, même si, selon M. Jottras “le rythme (sera) plus raisonnable”.

 

Moi c’est Zoé et je suis étudiante dans une école de journalisme, j’ai fait ce blog dans le but de m’émliorer dans l’ecriture d’articles d’actualité alors j’espère que cela vous plaira !